Avis clients

★★★★★
Michel, 35 ans de Paris

"Via mon-comparateur.fr, j'ai déniché une mutuelle santé qui répond à mes besoins. Je recommande totalement"

★★★★
Jessica, 26 ans de Marseille

"Comparer les assurances prêt n'a jamais été aussi facile et rapide. En plus je n'ai absolument rien payé pour le service offert ! Merci aux spécialistes qui m'ont bien guidé"

★★★★★
Paul, 55 ans de Nice

"Etant donné qu'il fallait mettre en place une mutuelle d'entreprise dans ma start-up, je me suis servi de ce comparateur et j'ai trouvé un contrat de mutuelle groupe offrant de bonnes prestations à prix correct. Satisfait"

★★★★
Florian, 43 ans de Grenoble

"Au top ce comparateur, j'ai pu dénicher un contrat de prévoyance plus précisément une assurance accident vu que je fais pas mal de moto à un tarif défiant toute concurrence. N'hésitez pas, testez !"

★★★★★
Dyane, 36 ans de Lyon

"Je suis avocate et j'ai pu trouver ma mutuelle TNS via ce site. Service parfait, merci"

Besoin d'indépendance? pourquoi ne pas devenir freelance?

Il est vrai que certaines personnes cherchent à sortir du cadre salarial pour plusieurs raisons : besoin d’indépendance, envie de réaliser un projet personnel, ou même pouvoir travailler d'où l'on veut. Cependant, pour ne pas passer d'un extrême (salarié) à l'autre (freelance), il peut être intéressant de s'informer sur les possibilités de cumuler les statuts salarié/freelance ou sur le portage salarial.

Qui sont les freelances ?

travailler en freelanceLes freelances sont une catégorie de personnes ayant renoncé partiellement ou totalement à la structure salariale. Le terme d’ailleurs est anglais et signifie travailleur indépendant, en soi un statut déjà présent depuis des années. Mais alors pourquoi parle-t-on de freelances ? Simplement pour dépoussiérer le statut de TNS (travailleur non salarié).

Les freelances offrent leurs services à des entreprises pour des besoins ponctuels dans les branches du graphisme, de la rédaction, du community management ou encore de l'informatique sans devoir intégrer les sièges de l’open-space. Un nouveau vent souffle donc sur la catégorie des indépendants, qui loin de monter une entreprise "de briques", n’ont souvent besoin que d’un ordinateur et d'internet.

Les freelances, hormis dans le cadre de certaines missions, peuvent travailler partout dans le monde. On les désigne alors de nomades numériques. Bien sûr, freelance ne signifie pas liberté totale, il doit développer certaines qualités de création, faire de la veille digitale, maitriser certaines techniques Marketing pour se faire connaitre.

Assister à des conférences éphémères pour mettre en place un plan d’action, faire partie de groupes de travail, se documenter via des plateformes internet sont autant d'activités à faire avant d'effectivement se lancer en freelance. En effet, cela permet d'obtenir des éléments de réponse concernant les aspects administratifs ou sociaux du statut de freelance.

Au-delà de la charge de travail dénoncée par certaines sources d’information, il ne faut pas oublier que le freelance fait quelque chose qui lui tient à cœur, et la motivation de réaliser un projet personnel peut expliquer qu’un freelance travaille parfois plus de 40h par semaine. 

Les entreprises peuvent faire appel à des freelances pour remplir certaines missions. Puisqu’il n’existe pas de subordination, le freelance n’est pas dans l’obligation d’accepter les horaires, le cadre de travail de l’entreprise et le pouvoir hiérarchique sinon cela peut requalifier le contrat de freelance en contrat de travail.

Cumuler les statuts salarié et freelances

Pour les personnes qui ne souhaitent pas totalement se mettre à leur compte, il est possible de cumuler les statuts salarié et non salarié. Pour les cotisations sociales, il est possible de cotiser aux deux régimes, celui des salariés et celui des indépendants, mais pas simultanément. Si vous étiez salarié avant le cumul, vous continuerez d’être affilié à la sécurité sociale. Et inversement. Une option existe cependant : il est possible de s’affilier au régime que l'on préfère. Pour être affilié à un autre régime (TNS ou salariale), il faut faire la demande par lettre recommandée avec accusé de réception auprès du régime choisi. Il n’y pas de cumul de droit pour l’assurance maladie.  

Pour la cotisation retraite obligatoire en revanche, il y a cumul des droits, c’est-à-dire que la pension perçue sera la somme des cotisations versées auprès des deux régimes. Il est donc obligatoire de cotiser aux régimes de retraites salariale et RSI. A partir du moment où vous êtes affilié au régime TNS, vous pouvez si vous le souhaitez souscrire à des contrats complémentaires comme la prévoyance, la mutuelle et la retraite de type Madelin. Ces contrats Madelin offre des avantages fiscaux intéressants.

Bon à savoir

Pensez aux assurances importantes telles que l'assurance voyage si vous êtes plutôt un freelance nomade ou l'assurance matériel (extension de l’assurance habitation pour le travail à domicile). Par ailleurs, si vous souhaitez être freelance tout en bénéficiant davantage des avantages sociaux des salariés, une autre option s'offre à vous.

Portage salarial : alternative intéressante à la création d'entreprise

Portage salarialLe portage salarial est une recette ingénieuse pour combiner le statut de freelance avec les avantages sociaux du modèle salarial. Il s’agit d’un contrat tripartite entre le salarié porté (qui a un contrat de travail), l'entreprise de portage salariale et les entreprises clientes. Le salarié porté effectue des prestations auprès d’entreprises clientes pour le compte d’une entreprise de portage. Comme le freelance, le salarié porté vend sa matière grise et son savoir-faire. Également comme le freelance, le salarié porté est autonome. Il doit :

  • démarcher les entreprises clientes et négocier le tarif de ses prestations
  • organiser de manière autonome sa mission
  • Rendre compte de ses activités à la société de portage.

Cependant il jouit d’une sécurité financière puisqu’il est rémunéré par l’entreprise de portage et profite du système de sécurité sociale salariale.

Comment devenir freelance ? questions les plus fréquemment posées

  • Quelles sont les étapes à suivre lorsque je me lance en freelance ?

S’assurer des contraintes techniques et financières à prendre en compte. Un freelance devra entre autres respecter les obligations de la comptabilité freelance, souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle (RC pro : obligatoire pour certaines activités).

  • Quel régime social pour les freelances ?

Le freelance étant un indépendant dont l’activité peut varier du consultant au chef d’entreprise, il devra se tourner vers le RSI ou la Cipav pour cotiser au régime social obligatoire. Etant donné que les TNS sont moins bien protégés socialement que les salariés, ils peuvent souscrire à des couvertures santé supplémentaires de type Madelin.

Le freelance est en général couvert par son assurance RC pro lorsqu’il travaille à domicile pour la protection de son matériel. Elle couvre le matériel d’un client, la perte de données, le dysfonctionnement d’un matériel électrique ou électronique. Lorsque le freelance cumule les statuts indépendant et salarié, alors comme énoncé précédemment, , il cotisera à un seul régime définit par le régime d’avant cumul.

  • Si je suis en congé maladie de longue durée ou si je tombe enceinte, est-ce que je suis assez protégé par le RSI ?

En général, l’assurance obligatoire permet aux mamans de prendre un congé maternité si elles cessent totalement leurs activités pendant ce laps de temps (30 jours minimum). Cependant, il vaut mieux se renseigner directement dans votre caisse maladie.

En cotisant un an à l’assurance obligatoire du RSI, vous percevez des indemnités journalières avec un délai de carence (de 3 à 8 jours). Un contrat de prévoyance Madelin peut garantir une indemnité supplémentaire en cas de maladie, d’accident, d’invalidité et de décès. Attention cependant lors de la mise en veille de votre entreprise. Il peut être difficile de cesser toute activité pendant plus d’un mois au risque de perdre des clients et des contrats. Pour en savoir plus sur le cas de femmes enceintes et freelances, cliquez ici.

  • Combien de temps dois-je avoir travaillé en freelance pour toucher des droits à la retraite ?

En général il faut cotiser au minimum 15 ans pour toucher ses droits à la retraite. Dans le cas où l’activité professionnelle de l’indépendant cesse (faillite ou non renouvellement de mandat), il est alors possible au bout de deux ans de débloquer ses rentes, voir l’article sur la retraite Madelin.