MON COMPARATEUR DE MUTUELLE ENTREPRISE

Comparez et choisissez la meilleure mutuelle d'entreprise 

Fidélisez vos salariés en leur offrant une bonne mutuelle collective

Bénéficiez d'avantages fiscaux et sociaux 

Nos engagements

Comparaison indépendante des meilleures assurances

Simulations simples et rapides

Solution ajustée en fonction de vos besoins et de votre profil

Recherche du meilleur tarif

Expertise gratuite et sans engagement

Protection de vos données et de votre vie privée

95% d'internautes satisfaits

Depuis l'instauration de la loi de sécurisation de l'emploi et de l'accord national interprofessionnel (ANI) du 1er janvier 2016, les entreprises du secteur privé ont l'obligation de souscrire une complémentaire santé collective pour leurs salariés. Selon un sondage réalisé par le cabinet OpinionWay, 78 % des français étaient favorables à la mise en place d'une mutuelle professionnelle, appréciant particulièrement la possibilité de déléguer la gestion de leur complémentaire santé à leur employeur. Les chefs d'entreprise bénéficient de leur côté d'avantages fiscaux, ainsi que d'un levier de motivation et d'implication pour leurs employés. Reste à choisir une mutuelle d'entreprise compétitive et adaptée à ses besoins.

À travers ce guide complet, Mon Comparateur vous donne tous les éléments à savoir pour la mise en place d'une complémentaire santé obligatoire au sein de votre entreprise. Vous souhaitez mettre en place une mutuelle obligatoire ? Faites vous conseiller gratuitement et sans engagement en remplissant le formulaire ci-dessous :

Cadre légal, panier de soins minimal et contrat responsable

Loi sur la mutuelle obligatoire en entreprise du 1er janvier 2016

Avant 2016, hormis celles soumises à un accord de branche spécifique, la plupart des entreprises ne disposaient pas de complémentaire santé collective pour leurs employés. D'autre part, les salariés étaient peu enclins à souscrire un contrat individuel, notamment pour des raisons pratiques (recherche d'un organisme de mutuelle) et budgétaires (coût important). Dans le même temps, la Sécurité Sociale n'assurait une prise en charge que très partielle des dépenses de santé, offrant ainsi de peu de garanties et de couverture en cas d'accident ou d'hospitalisation. Pour faire face à ce constat, la loi de sécurisation de l'emploi instaurée au 1er janvier 2016 a imposé la généralisation de la mutuelle professionnelle à toutes les entreprises du secteur privé, quels que soient leur taille et leur secteur d'activité. Désormais, celles-ci ont l'obligation de souscrire à une complémentaire santé pour l'ensemble de leurs salariés, et d'en assurer au moins 50 % du financement. 

Panier de soins minimal

En application du décret du 8 septembre 2014 et de l'article L.911-7 et D.911-1 du Code de la Sécurité Sociale, une complémentaire santé obligatoire offre un socle de garanties minimales par la prise en charge : 

  • des dépassements (ticket modérateur) sur les frais des consultations, des actes médicaux et des prestations remboursés par la Sécurité Sociale ; 
  • des frais d'hospitalisation, à hauteur de 20 EUR par jour pour un hôpital ou une clinique, et de 15 EUR par jour pour un établissement psychiatrique ; 
  • des frais dentaires, à hauteur de 125 % du tarif conventionnel sur l'orthodontie et les prothèses ; 
  • des dépenses optiques (verres + monture), dans la limite de 100 EUR pour une correction simple, 150 EUR pour une correction mixte et 200 EUR pour une correction complexe tous les 2 ans (1 fois par an pour les personnes mineures ou dont la vue a évolué).

Contrat responsable

Créé en janvier 2006 afin de faire face au déficit de la Sécurité Sociale, le contrat responsable encadre le niveau de prise en charge des complémentaires santé, dont les mutuelles d'entreprise obligatoires depuis son actualisation en 2016. L'objectif est de limiter les abus sur les demandes de soin et d'indemnisation tout en garantissant la couverture minimale des assurés prévue par le panier de soins. Ainsi, le contrat responsable définit un plancher et un plafond de remboursement des frais médicaux, hospitaliers, dentaires et optiques. Il impose à l'assuré le choix d'un médecin traitant et un parcours de soins coordonnés. Il limite pour l'assureur la prise en charge des dépassements d'honoraires des médecins, selon que ceux-ci adhèrent à l'OPTAM (Option de Pratique Tarifaire Maîtrisée) ou non. Le remboursement des dépassements d'honoraires des médecins adhérant à l'OPTAM n'est pas plafonné. Celui des médecins non-adhérents est limité à un tarif responsabilité (équivalent à 200 % du tarif Sécurité Sociale) et au montant du remboursement des médecins adhérents diminué de 20 %. 

Par exemple, si le barème de l'assureur prévoit un remboursement jusqu'à 250 % de dépassement, celui-ci sera plafonné au tarif responsabilité (200 %) si l'assuré consulte un médecin n'ayant pas opté pour l'OPTAM. Si le tableau de garanties indique une prise en charge jusqu'à 170 % de dépassement, le remboursement sera limité à 150 % si l'assuré sollicite un médecin n'appliquant pas l'OPTAM. 

En 2019, 95 % des organismes de mutuelle proposent des contrats de complémentaire santé dits « responsables ». Afin de conserver les avantages fiscaux liés à la mutuelle d'entreprise obligatoire, les termes de la complémentaire santé de vos salariés doivent être conformes aux dispositions réglementaires. Avec l'outil de simulation de Mon Comparateur, vous pouvez trouver tous les organismes proposant des prestations en conformité avec le contrat responsable.

Cas de dispense et possibilités de refus

Mutuelle entreprise : les cas de dispenseCas de dispenses

L'article R.242-1-6 du Code de la Sécurié sociale prévoit des cas de dispense à l'adhésion à la complémentaire santé obligatoire :

  • La loi sur l'accord national interprofessionnel prévoit des cas de dispenses pour les salariés : 
  • disposant déjà d'une complémentaire santé individuelle. Cette dérogation est valable jusqu'à la date d'anniversaire du contrat ; 
  • possédant une complémentaire santé dans une autre société dans laquelle ils travaillent ou par l'intermédiaire de l'entreprise de leur conjoint, dans le cas d'une mutuelle obligatoire pour les ayants droit ; 
  • bénéficiaires de l'ACS, de la CMU-C, d'un contrat Madelin, du régime local d'Alsace-Moselle ou du régime complémentaire CAMIEG ; 
  • travaillant à temps partiel ou pour une durée déterminée. Un salarié en CDD de moins de 3 mois a la possibilité d'être dispensé de la mutuelle d'entreprise si celle-ci porte sur une durée supérieure à celle de son contrat. Si l'acte juridique de l'entreprise le prévoit, un salarié dont la durée du CDD est supérieure à 3 mois peut également refuser la complémentaire santé collective (mais doit disposer obligatoirement d'une mutuelle individuelle dans le cas d'un CDD de plus de 12 mois). Si le cadre juridique de l'entreprise le permet, les travailleurs à temps partiel et les apprentis peuvent enfin être dispensés d'une mutuelle professionnelle dans les cas où les cotisations représentent plus de 10 % de leur salaire et sont partiellement à leur charge ; 
  • dont la mutuelle entreprise a été décrétée par décision unilatérale de l'employeur tout en impliquant leur participation financière. 

Refuser la mutuelle d'entreprise

Le salarié est libre d'effectuer une demande de dispense d'adhésion à la complémentaire santé obligatoire sur un motif légitime. Celle-ci ne peut lui être imposée par son employeur. Pour cela, il doit formuler une demande écrite et la transmettre aux services compétents de son entreprise (Ressources Humaines, Direction Générale). Tous les documents justifiant de la légitimité de sa requête doivent être communiqués (bulletin d'affiliation, attestation de CMU-C...). La recevabilité puis l'actualisation de la dispense incombent ensuite à l'employeur, qui doit pouvoir attester à tout moment de la conformité de son dispositif auprès de l'URSSAF afin de conserver ses avantages fiscaux. 

Haut de page

Comment mettre en place la mutuelle d'entreprise obligatoire ?

Dans le cadre de la loi sur l'accord national interprofessionnel, l'article 911-1 du Code de la Sécurité sociale régit la mise en place de la mutuelle d'entreprise obligatoire autour de trois modalités : 

  • la voie des conventions ou des accords collectifs 
  • la ratification par référendum d'un projet établi par le chef d'entreprise  
  • une décision unilatérale de l'employeur communiquée par écrit à tous les salariés 

La première étape dans la mise en place d'une complémentaire santé obligatoire dans votre entreprise est de vérifier l'existence d'une éventuelle convention collective régissant son instauration dans votre secteur d'activité. Vous pouvez en prendre connaissance par l'intermédiaire des services d'inspection du travail, ou à partir de la base de données du Journal Officiel. Certaines conventions prévoient notamment des garanties étendues en matière de complémentaire santé, au-delà de celles définies par le panier de soins minimal. À défaut d'accord de branche ratifié dans votre secteur, c'est la loi sur la mutuelle d'entreprise obligatoire de 2016 qui prévaut. 

Par accord collectif

L'accord collectif est un moyen consensuel impliquant directement vos salariés dans la mise en place de votre mutuelle d'entreprise. Les dispositions telles que le niveau de couverture des garanties sont prises en concertation avec les délégués du personnel. Le projet d'accord final doit être signé par un syndicat ayant obtenu plus de 50 % des voix lors du premier tour des élections des représentants du personnel. Un procès-verbal de ratification entérine enfin la validité juridique de l'acte. 

L'avantage de l'accord collectif tient de sa dimension sociale et fédératrice, au détriment du délai et des obstacles rencontrés dans sa mise en place.

Par référendum

Ratifier votre mutuelle d'entreprise collective par référendum se fait en 5 étapes : 

  • rédaction d'un projet d'accord indiquant les termes contractuels (socle de garanties conforme à la législation, montant des cotisations), l'organisme assureur mandaté et le taux de participation financière de l'entreprise ; 
  • communication du projet et des modalités du vote aux employés par voie postale et d'affichage au moins 45 jours avant la date de scrutin ; 
  • vote à bulletin secrets (physique ou électronique) sous forme de question fermée à choix binaire (« oui » ou « non ») ; 
  • dépouillement et comptage des voies selon la feuille d'émargement. La ratification se fait à la majorité des électeurs (et non des votants) ; 
  • envoi des résultats aux services d'inspection du travail (DIRECCTE). Le récépissé de dépôt remis par la DIRECCTE permet d'attester de la régularité du dispositif auprès de l'URSSAF. 

De la même manière que l'accord collectif, le référendum présente l'avantage de la dimension sociale, et l'inconvénient de l'aspect bureaucratique. Il est tout aussi fastidieux mais plus incertain, puisque le dispositif est établi non pas multilatéralement mais uniquement par la direction d'entreprise (un peu comme dans le cas d'une décision unilatérale de l'employeur). Souple, il est particulièrement utile si vous n'êtes pas soumis à un accord de branche ou collectif.

Par décision unilatérale de l'employeur

Utilisée par 95 % des entreprises, la décision unilatérale de l'employeur (DUE) est la méthode la plus simple pour mettre en place la mutuelle d'entreprise obligatoire. Néanmoins, en cas de financement patronal partiel, elle peut entraîner des risques de refus d'adhésion par les salariés. Aussi, son instauration repose sur un acte fondateur devant répondre aux exigences particulières de l'URSSAF. Ce document complet et détaillé doit être communiqué à tous les salariés et indiquer avec transparence : 

  • le nom des bénéficiaires du contrat, et éventuellement leurs ayants droit ; 
  • le niveau de couverture des garanties et les taux de remboursement ; 
  • le montant des cotisations et le taux de participation financière de l'employeur ; 
  • la date de prise d'effet du contrat ; 
  • les cas de dispenses ; 
  • les conditions de révision ou de résiliation du contrat. 

Dans le cas où l'employeur décide de définir des collèges de salariés (cadres, non-cadres) bénéficiant de garanties différentes, deux DUE distinctes doivent être rédigées. Un acte fondateur incomplet peut entraîner l'annulation des exonérations fiscales sur les cotisations sociales. 

Entre l'accord collectif, le référendum et la DUE, il n'y a pas de méthode idéale pour mettre en place votre mutuelle d'entreprise obligatoire. Chaque cas est unique. En outre, les petites structures comme les PME et les TPE font face à un manque d'expertise dans le traitement d'une telle problématique. L'instauration d'une complémentaire santé d'entreprise ne fait pas partie de leur cœur de métier, et le manque de temps et de ressources est souvent invoqué pour justifier l'appel à un prestataire externe. C'est notamment le cas pour une jeune entreprise de TIC de l'île de la Réunion, dont les modalités de la mutuelle obligatoire étaient définies dans une convention collective de plus de 70 pages. En confiant toutes les étapes du projet à une caisse complémentaire expérimentée, cette start-up a pu se conformer aux nouvelles exigences de la loi ANI en moins de 10 jours. Le tout en impliquant ses salariés et en se concentrant sur son activité. En ce qui concerne les grands groupes, les contraintes tiennent plutôt du nombre d'employés que des ressources disponibles et du portefeuille de compétences. Ainsi, une entreprise de média des départements d'Outre-Mer a décidé d'instaurer sa mutuelle obligatoire par le dialogue social. Un organisme de complémentaire santé l'a accompagnée tout au long de la phase d'audit interne, puis lui a proposé des offres personnalisées en adéquation avec les besoins de ses salariés. Trois ans après, le groupe média enregistre systématiquement des excédents, avec des dépenses de santé maîtrisées et un tarif de cotisations stable. À travers notre outil Mon Comparateur, vous pouvez facilement trouver des prestations intégrées et des contrats de mutuelle groupe fournis par des organismes multi-spécialistes.

Comparateur pour la meilleure mutuelle

Quels que soient leur taille, leur chiffre d'affaires et leur branche d'activité, les entreprises sont unanimes : la mise en place d'une complémentaire santé obligatoire est relativement longue et contraignante. Ainsi, utiliser un comparateur de mutuelles d'entreprise offre un gain de temps inestimable. Sur Mon Comparateur, notre comparateur en ligne vous permet d’obtenir l’accompagnement gratuit d’un expert pour trouver la solution qui vous convient le mieux parmi des milliers d'offres de dizaines de prestataires. En renseignant simplement votre besoin et vos coordonnées, vous accéderez gratuitement aux devis les plus compétitifs.

Notre guide complet gratuit intitulé « Dans la Jungle de la Mutuelle d'Entreprise », destiné aux chefs d'entreprise et aux salariés, vous permet aussi de mieux comprendre le fonctionnement de la mutuelle entreprise, et à ainsi mener votre projet avec un maximum d'efficience.

Principaux critères de choix

Afin de mieux vous y retrouver parmi les nombreuses offres des organismes de mutuelle, voici les principaux critères de choix à retenir : 

  • la conformité du contrat par rapport à la loi ANI, la convention collective régissant votre secteur d'activité, et / ou l'accord collectif signé dans votre entreprise ; 
  • la qualité de la prestation : niveau de couverture, accès à un réseau de santé, délai de remboursement, prise à effet immédiat, exclusions de garanties, options pour les ayants droit ; 
  • la flexibilité des options : formules différentes selon les collèges de salariés (cadres, non-cadres), couverture adaptée à l'âge et au type d'activité, renforts, extensions de garantie facultatives ; 
  • le coût de revient induit : mutualisation, remises, économies d'échelle ; 
  • la gamme de services fournis : tiers payant, assistance juridique, services en ligne, accompagnement individuel. 

Apportez une attention particulière aux détails, notamment en ce qui concerne la limitation des remboursements et les exclusions de garanties. La différence de prix d'un contrat d'un organisme à l'autre s'explique souvent par des variables contractuelles subtiles. 

Champ de garanties possibles

Toute chose égale par ailleurs, la mutuelle entreprise obligatoire offre les mêmes garanties qu'une complémentaire santé individuelle. En effet, elle concerne chaque collaborateur de manière individualisée. Au-delà des garanties minimales imposées par le panier de soins, vous avez la possibilité de proposer des extensions de garantie, des contrats de prévoyance et des sur-complémentaires santé à certains de vos salariés. Selon la situation et les besoins de vos employés, les organismes de mutuelle proposent des niveaux de couverture étendus. Pour les cadres travaillant au-delà des heures scolaires, des services d'aide-ménagère et de garde d'enfants sont bienvenus. Pour les ouvriers travaillant en environnement industriel, les garanties de prévention et de dépistage sont appréciées. Enfin, si les employeurs sont très attachés au volet préventif, l'accès à un réseau de santé (Santéclair par ex.) permet à leur personnel d'être sensibilisé aux problématiques portant sur le bien-être et la santé. 

Déterminants de prix et coût moyen pour l'employeur

Le prix d'une mutuelle obligatoire dépend principalement du nombre de salariés dans votre entreprise, de leur âge, de leur fonction et de leur situation familiale. Viennent ensuite le niveau de garanties et les services complémentaires souscrits (tiers payant, accompagnement individualisé, suppression du délai de carence). Les honoraires pratiqués par les médecins et les frais d'hospitalisation tendent également à augmenter mécaniquement le montant des cotisations. 

Selon une enquête menée par le cabinet Deloitte auprès de 60 sociétés, le prix moyen d'une mutuelle santé d'entreprise est de 42 EUR par mois par salarié. Un peu plus de 60 % du financement est pris en charge par l'employeur, pour un montant total de 1 254 EUR par an par employé. Selon une étude réalisée par le magazine spécialisé Capital, les PME paient leur mutuelle santé obligatoire 10 % plus cher que les grands groupes, à prestations égales. Un écart qui s'explique notamment par la difficulté des petites structures à réaliser des économies d'échelle. Aussi, les entreprises dont la moyenne d'âge des salariés est de 45 ans supportent un coût 50 % supérieur à celles dont les employés ont une moyenne d'âge de 25 ans. Cet élément rappelle que l'ancienneté des salariés est le premier déterminant de prix d'une complémentaire santé obligatoire. Enfin, les entreprises situées dans des zones éloignées des centres de soin sont facturées 15 % plus cher que celles implantées dans les grandes agglomérations. 

Comment faire un devis ?

Afin de faciliter votre recherche de contrat de complémentaire santé obligatoire, Mon Comparateur met à votre disposition un comparateur de complémentaire gratuit et simple d'utilisation. En remplissant le formulaire de demande de devis, vous serez ensuite contacté par un conseiller indépendant qui trouvera avec vous l’offre qui convient le mieux à vous et vos employés. Selon vos exigences, que ce soit dans le prix ou dans les garanties, mais aussi selon votre companies, votre conseiller vous aidera à faire le meilleur choix et à trouver la solution la plus adaptée. L’expertise de nos conseillers permet de réduire l’effort de recherche de votre côté, ainsi que de recevoir l’aide qu’il vous faut pour sélectionner  la prestation la plus en adéquation avec vos besoins parmi une sélection d’offres plus spécifiques . Effectuez dès à présent une demande de devis ! 

Pour vous aider à mieux comprendre ce dispositif de complémentaire santé obligatoire, nous avons interrogé des experts.

Lire aussi : Complémentaire santé pour travailleurs indépendants, mutuelle pour retraités, tout savoir sur les mutuelles

 

Comparer parmi les meilleures mutuelles santé et dénichez la meilleure offre

Haut de page

Mutuelle entreprise obligatoire : avis d'une experte

Ancienne conseillère RH, Catherine Dellière a travaillé pendant près de trente ans auprès des chefs d'entreprise afin de leur apporter son expertise en matière de droit social, de droit du travail et de rédaction d'actes juridiques. Désormais associée dans la société de conseil SAS Ogône spécialisée en solutions numériques, Catherine Dellière a accepté de nous donner son analyse sur les impacts de la réforme de la mutuelle d'entreprise :

Madame Dellière, que pensez-vous de la généralisation de la mutuelle santé au sein de l'entreprise ?

La généralisation de la mutuelle santé au sein de l'entreprise, initiée par l'Accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la sécurisation de l'emploi (confirmé par la loi du 14 juin 2013) est certainement une réelle avancée en matière de protection sociale.

Bien qu'au fond, on peut regretter une telle obligation en partie à la charge de l'entreprise déjà fortement sollicitée notamment dans un contexte économique morose et tendu.

La complémentaire santé au sein de l'entreprise n'est pas en soi une nouveauté puisque de nombreuses entreprises l'avaient déjà mise en place en fonction de leur convention collective notamment ou bien par une décision unilatérale de l'employeur.

L'objectif étant de créer un "avantage" salarial constituant un facteur de différenciation et valorisant l'entreprise.

Toute réforme, quelle qu'elle soit, crée de toute évidence des distensions entre les parties prenantes. Et tout ce qui est obligatoire est contraignant !

Quels sont les avantages et inconvénients de la mutuelle entreprise obligatoire ?

Dans le cas de cette réforme, on peut distinguer plusieurs avantages et inconvénients pour les trois parties prenantes, l'employeur, le salarié et l'organisme-assureur c'est-à-dire les sociétés d'assurance, les mutuelles et les institutions de prévoyance.

Quels sont les inconvénients :

Pour les salariés ?

Il n'a plus le libre choix de sa mutuelle santé, encore moins des garanties. Or, une contrainte est souvent mal vécue, surtout si aucune explication ne lui est donnée par son employeur, et c'est souvent le cas dans les TPE. Pour certains salariés, c’est une couverture moins intéressante que celle de leur propre choix, car afin de minimiser les coûts pour son entreprise, l’employeur choisira une complémentaire santé obligatoire à  minima... Pour les salariés les plus aisés, il y aura la possibilité de prendre à titre individuelle une sur-complémentaire.

Pour les employeurs ?

Les TPE seront sans doute les plus hostiles à la mise en place. Il est utile de préciser que si une entreprise n’est pas couverte par un accord de branche, elle devra négocier en interne. En l’absence d’accord d’entreprise, l’employeur devra instituer une mutuelle collective par décision unilatérale. Ce sera le cas dans la majeure partie des TPE.

Il appartiendra alors à l'employeur de trouver un contrat collectif et un assureur qui proposeront les garanties minimales fixées par voie réglementaire. Si une entreprise est couverte par un accord de branche, les négociations se passent à ce niveau. A chaque entreprise de se renseigner sur les dispositions et recommandations établies par celui-ci.

On voit bien que malgré cette obligation, des disparités existeront encore selon que l'entreprise soit couverte ou non par un accord de branche, selon que l'employeur souhaite le meilleur pour ses salariés ou pas.

Pour les organismes d'assurance?

De nombreuses conventions collectives préconisent tel ou tel organisme, non obligatoire, mais fortement conseillé. Sans doute cela aura une certaine incidence sur l'offre et la demande...

Quels sont les avantages :

Pour les salariés ?

Tous les salariés bénéficieront d'une mutuelle entreprise obligatoire. Par ailleurs, adhérer à une complémentaire santé obligatoire peut permettre d'avoir des cotisations moins élevées. Toutefois, avant le projet de loi de finance de 2014, il s'agissait d'un réel avantage pour le salarié puisque la part versée par ce dernier était déductible de ses impôts.

En effet, l'article 4 de la loi de finances pour 2014 prévoit la fin de l'exonération fiscale des cotisations salariales donc augmentation du revenu imposable qui variera biensûr selon le montant de la part patronale et du taux d'imposition du salarié.

Pour les employeurs ?

Ils pourront bénéficier d’avantages fiscaux si certaines conditions sont respectées (souscription d'un contrat responsable incluant un panier de soins minimum, financement au moins à 50% du montant de la mutuelle obligatoire etc).

Pour les organismes d'assurance ?

Probablement, ils auront plus de cotisants puisque tous les salariés devront désormais être couverts par une complémentaire santé obligatoire. Mais ils auront également plus de contrats collectifs et sans doute de nouveaux clients qui voudront avoir une sur-complémentaire afin de compenser la mutuelle entreprise choisie par l'employeur (la moins chère possible).

Quels sont les principaux obstacles rencontrés par les chefs d'entreprise lors de la mise en place de la mutuelle entreprise obligatoire ?

Ce sont les principales questions posées par les chefs d'entreprise des TPE. Qui est concerné, à quel organisme s'adresser et comment mettre cela en place ?

Encore une fois, il s'agit de faire la différence entre les très petites entreprises (1 à 9 salariés) et les autres. Dans les grandes structures, on a un référent qui gère ce genre de questions mais dans les petites structures, le chef d'entreprise doit prendre en charge lui-même cette mise en place, relativement complexe et il doit prendre des décisions, expliquer aux salariés, rencontrer l'interlocuteur adéquat de l'organisme et prendre en compte le côté financier. 

La mise en place de la mutuelle d'entreprise obligatoire représente-t-elle une barrière pour la création d'entreprise ?

Je ne pense pas, cela fait partie du jeu de l'entrepreneuriat. La création d'entreprise a toujours été complexe. La mise en place d'une mutuelle de groupe est une nouvelle contrainte, mais sans doute est-elle plus facile à accepter du fait qu'elle touche la santé.

Par ailleurs, les entreprises nouvellement créées n'embauchent pas de suite, ce qui permet au chef d'entreprise de gérer les "difficultés" au fur et à mesure.

Par ailleurs, si le futur créateur a bien été accompagné pendant son projet, cette contrainte aura été vue en amont. Concernant l'expansion des entreprises en France, la mutuelle entreprise obligatoire ne peut pas être une contrainte car la plupart des sociétés de taille importante proposent déjà à leurs salariés des contrats collectifs.

Les garanties étendues peuvent-elles constituer un élément différenciateur de recrutement et une source d'avantage compétitif ?

Je ne pense pas, non, plus maintenant même si ce n'est pas un atout anodin. Mais pour cela, encore faudrait-il que les salariés ou futurs salariés accordent une réelle importance à leur mutuelle santé, et je pense sincèrement que les gens n'y sont pas si sensibles que cela.
Le marché du travail est très difficile, trouver un emploi relève presque de l'exploit, alors lorsqu'un candidat accède à l'emploi tant attendu, je pense qu'il ne va pas regarder de prime abord les garanties offertes par un éventuel autre recruteur.
Par ailleurs, il est difficile pour un candidat de poser des questions sur les "avantages" existant dans une entreprise à son recruteur, ce n'est pas les questions abordées lors d'un premier entretien d'embauche à fortiori dans les TPE. Il en est certainement autrement dans les grands groupes.
Sans doute est-ce différent pour un candidat "convoité" par plusieurs entreprises. Une garantie plus étendue pourra faire pencher la balance pour le salarié....mais un salarié très bien rémunéré pourra choisir de prendre une sur-complémentaire....

Pouvez-vous donner 3 conseils pour la création et la gestion d'entreprise ?
la mutuelle d'entreprise et les conseils

1. Se faire accompagner par des professionnels et s'entourer de partenaires tout au long du projet afin d'anticiper au mieux toutes les difficultés (avant, pendant et après la création), incluant bien évidemment les organismes assureurs

2. Allier le savoir-être, le savoir-faire et être en adéquation avec son projet

3. Avoir un véritable dialogue social avec des salariés

 

Merci pour vos réponses Madame Dellière !

Au-delà de son caractère obligatoire, la complémentaire santé collective en entreprise constitue une opportunité pour les employeurs de réaliser des gains de productivité et des économies. Fondamentale dans le cadre de la gestion des risques, de la qualité et des ressources humaines, la mutuelle collective représente un vecteur de différenciation améliorant le climat social et l'image de marque. Du côté des salariés, elle permet d'obtenir une couverture santé plus étendue et / ou moins coûteuse que dans le cas d'une mutuelle individuelle, notamment grâce à la mutualisation des contrats. 

Pour bénéficier des meilleurs tarifs et abaisser encore le coût de mise en place de votre complémentaire santé collective obligatoire, effectuez dès à présent un comparatif gratuit et sans engagement avec l'outil de Mon Comparateur.

 

➠ Vous trouverez l'essentiel sur la mutuelle entreprise obligatoire dans notre Guide de survie à destination des chefs d'entreprise et des salariés, téléchargeable gratuitement ici

 

Haut de page