Mutuelle medecine douce

Les informations sur la mutuelle médecine douce

  • Le remboursement des médecines douces en France
  • Les bénéfices de l’homéopathie à l’ostéopathie
  • Demande d’un devis gratuit et sans engagement

Trouver votre mutuelle médecine douce

La médecine douce, également appelée médecine parallèle ou naturelle est une méthode de guérison préventive utilisant uniquement des techniques naturelles, autrement dit sans avoir recours aux médicaments ou aux opérations classiques. Elle aide le corps à guérir avec des solutions dites plus en accord avec le corps et l’esprit, en ayant recours à des méthodes manuelles ou parfois des plantes, des huiles essentielles, des aliments et minéraux… Souvent non reconnu par l’ordre des médecins bien que souvent plébiscité par les patients, ce type de soin est rarement ou très peu pris en charge par la Sécurité sociale.

Néanmoins, cela tend à changer, notamment au niveau des mutuelles qui commencent à prendre en charge les soins prodigués par la médecine alternative, et cela au travers de forfaits annuels.

Parmi les nombreuses disciplines de la médecine douce, nous pouvons dissocier quatre catégories :

  • Les thérapies biologiques (telles que la phytothérapie, l’aromathérapie…)
  • Les thérapies manuelles (ostéopathie, chiropractie…)
  • Les systèmes complets (acupuncture, homéopathie…)
  • Les approches « corps-esprit » (hypnose, méditation, sophrologie…)

La médecine douce est tout à fait compatible avec la traditionnelle, en revanche, parlez-en à votre médecin traitant. Certaines plantes peuvent interagir avec des médicaments ou des traitements.

Si elle est quelques fois décriée, elle n’en est pas moins efficace pour les patients qui y ont recours.

 

Autres thèmes

L’essentiel

Chiffres clés (2020)

% y sont favorables
pour soigner des petits maux
% des Français
les trouvent utiles
% des Français
en ont recours en prévention

Mutuelle médecine douce et remboursements

L’assurance maladie obligatoire rembourse uniquement l’acupuncture et l’homéopathie pratiquées par des médecins conventionnés. Le régime obligatoire accorde ainsi un remboursement à hauteur de 35% du tarif conventionné du médecin généraliste. Le ticket modérateur reste ainsi à la charge du patient ou de sa complémentaire santé. En France, seule une trentaine d’assurances santé proposent une couverture en matière de médecines douces. Les offres de couverture varient en fonction des garanties proposées par les assureurs. Par ailleurs, les garanties de remboursement peuvent être optionnelles, autrement dit l’adhérent devra cotiser en plus pour bénéficier du remboursement des soins spécifiques aux médecines naturelles.

Quelles sont les médecines naturelles et leur statut?

Parmi les pratiques de médecine parallèle les plus connues, on peut nommer :

  • l’homéopathie
  • l’acupuncture
  • l’aromathérapie
  • la thalassothérapie
  • la nutrithérapie
  • l’héliothérapie
  • la chiropratique
  • l’hypnose
  • la sophrologie
  • la méditation
  • la musicothérapie
  • l’oligothérapie
  • la phytothérapie
  • la réflexologie
  • la massothérapie

Il en existe encore de nombreuses autres telles que la magnétothérapie, la lithothérapie, la chromathérapie, la naturopathie, l’ostéopathie, le yoga, la macrobiotique, la kinésithérapie, la gélothérapie ou encore la diététique. En France les médecines douces sont tolérées, bien qu’elles soient plus répandues dans des pays voisins comme en Allemagne, au Danemark, en Suisse et en Angleterre. Une des pratiques en médecine douce la plus connue est l’homéopathie, qui depuis le 1er janvier 2021 n’est plus prise en charge par la Sécurité sociale.

Les médecines naturelles bien connues : l’homéopathie et l’ostéopathie

Les limites des médecines alternatives

Étant données que ces dernières ne sont pas toujours reconnues dans la médecine classique, elles ne sont pas toutes répertoriées ni même définies par le corps médical. Qu’appelle-t-on limites des médecines alternatives ?
Les médecines alternatives se décuplent à l’infini, ce qui fait d’elles des disciplines pas toujours encadrées par la législation ou par la médecine classique.

Des effets mesurables ?

Si une majorité de personnes sont convaincues de leur efficacité, celle-ci ne peut pas être prouvée scientifiquement à chaque intervention. Certains professionnels évoquent même les miracles de l’effet placebo, donc la faculté du corps à s’autoguérir.
À l’inverse, certaines variantes des médecines douces sont à consommer avec modération, notamment les traitements à base de plantes qui peuvent créer des conflits avec des traitements médicamenteux ou provoquer à trop forte dose, des effets secondaires non désirés.
Si les effets ne sont pas toujours mesurables, il reste que la grande majorité des Français en sont convaincus.

La qualité des praticiens

Dans toutes disciplines, il faut montrer patte blanche pour être crédible aux yeux des patients. Dans des domaines tels que la chiropractie ou l’ostéopathie, il existe des écoles professionnalisantes. Rappelons qu’en France, seules l’acupuncture est reconnue par la médecine légale. Et si l’ostéopathie et la chiropractie sont officiellement reconnues par la loi (mais non remboursées), les autres corps de métiers sont souvent pratiqués sans diplômes ni reconnaissances. Il ne faut donc pas hésiter à demander conseil à son médecin pratiquant si vous voulez vous orienter vers la médecine non traditionnelle.
Pour les disciplines non reconnues par la loi ou par la médecine classique, la prudence s’impose, car si leurs effets peuvent être discutés et sont souvent subjectifs, il s’agit parfois d’un effet de marketing. Attention donc aux charlatans qui en veulent à votre portefeuille.

Des spécialités différentes

Un étiopathe se différencie d’un autre, et cela s’explique par sa spécialité à traiter certaines zones du corps humain. En effet, certains vont pouvoir résoudre avec plus de talents un problème lombaire quand d’autres se seront spécialisés dans les tensions musculaires ou les mâchoires.

Ce qui différencie la médecine alternative de la classique, c’est aussi la relation avec le praticien. En effet, ce dernier offre une écoute plus inclusive de votre situation (mental et corporel) et un cadre plus zen en mettant en place une ambiance propice à la relaxation. Il est donc important de se sentir en confiance lorsque vous vous rendez dans un cabinet de médecine douce pour profiter pleinement de ses bienfaits.

Une grande variété de discipline

Ce qui est aujourd’hui regroupé sous ce terme peut être sujet à discussion. Nous retrouvons donc autant la chiropractie, l’ostéopathie, l’acupuncture, mais aussi le magnétisme, l’hypnose, la lithothérapie (guérison avec les pierres), sans compter toutes les disciplines qui se créent dans la mouvance du courant New Age. Si certaines semblent amusantes, d’autres peuvent se révéler dangereuses (nouveaux régimes alimentaires par exemple).

La prise en charge limitée par la Sécurité sociale

La prise en charge est également limitée et sa pratique est souvent recommandée en accompagnement à la médecine traditionnelle.
Un patient atteint de cancer pourra avoir recours à la médecine douce dans la limite de traitements conventionnels instaurés par les médecins.

La médecine alternative : une réponse aux lacunes de la médecine classique

Faut-il pour autant y renoncer ? Non.

La médecine alternative répond également aux limites que posent la médecine généraliste en proposant un réel encadrement du patient. Elle se repose sur des concepts comme l’écoute, la prise en compte de la santé morale et physique de la personne et un suivi régulier de son évolution. Là où un médecin traitant ne prendra en compte que la zone malade, un pratiquant alternatif s’appuiera sur 3 piliers :

  • l’écoute (votre mode de vie, vos accidents précédents, votre moral)
  • le traitement concret (toucher le corps souffrant permet de libérer des hormones qui agissent sur sa guérison)
  • le suivi (plusieurs séances sont nécessaires)

Un patient peut porter plainte ou signaler un praticien si ce dernier a des pratiques douteuses.
Depuis 2010, la Direction générale de la santé (DGS) finance un programme pluriannuel d’évaluation des Pratiques de soins non conventionnelles et en établit une liste.

Les recours en cas de fraude d’un praticien

Le gouvernement a mis en place des outils pour dénoncer les fraudes comme il le cite lui-même sur son site :

  • Si vous pensez avoir été victime d’une exigence financière exorbitante, d’une déstabilisation mentale, ou si un discours dénigrant la médecine conventionnelle vous a été tenu, il est possible que vous ayez été victime d’une dérive sectaire. Vous pouvez le signaler à la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES).
  • Si vous pensez avoir été victime d’une escroquerie, vous pouvez contacter la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ou la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de votre département.
  • Si vous pensez qu’une publicité pour une méthode non conventionnelle ne traduit pas la réalité, qu’elle est mensongère, qu’elle peut conduire des personnes confiantes à l’utiliser alors qu’elle est dangereuse, vous pouvez adresser cette publicité accompagnée de vos remarques à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ( article L.5122-15 du CSP), ou à la direction départementale de la protection de la population (DDPP).

Exemple de remboursement des médecines douces

Ce tableau représente le niveau des remboursements forfaitaires pour les dix mutuelles qui prennent le mieux en charge les médecines douces en 2021. Certains forfaits sont illimités quand d’autres sont calculés en fonction du tarif par séance.

Classement Assureur Remboursement
1 Asaf & Afps 300 €
2 SwissLife 275 € (limité 55 € / séance)
3 Asaf & Afps 250 €
4 Cegema 250 €
5 April 240 €
6 Apicil 220 €
7 Apivia 210 €
8 Asaf & Afps 200 €
9 Apicil 200 €
10 April 150 €

Si vous choisissez votre mutuelle en fonction des remboursements de la médecine douce, il est important de bien connaître ses besoins dans ce domaine. Les mutuelles ne remboursent pas tout un nombre de séances illimitées dans la limite forfaitaire, mais plus souvent un tarif par séance dans une limite de 5 séances.

Il faut également rappeler que certaines mutuelles ne remboursent pas toutes les sortes de thérapies alternatives comme l’hypnose, la naturopathie, la sophrologie, etc.

Si vous êtes employé et que vous avez souscrit à la complémentaire collective de votre entreprise, il est quand même possible de prendre une surcomplémentaire individuelle qui inclut alors un forfait médecines douces.

Comment trouver une bonne mutuelle médecine douce ?

Avant de rechercher une complémentaire santé, le souscripteur devra évaluer ses propres besoins. Il doit donc lister toutes les spécialités (ostéopathie, chiropractie, acupuncture, etc.) dont il a besoin pendant toute l’année et identifier le nombre de séances nécessaires à son bien-être.

Cette étape permettra en effet de déterminer le montant exact de la cotisation à verser auprès de la mutuelle de son choix et de connaître le montant des remboursements dont il bénéficiera. Pour trouver une bonne mutuelle, il est donc recommandé d’effectuer un devis en ligne.

Comment fonctionne Mon Comparateur

Pour trouver le meilleur tarif de complémentaire ou de surcomplémentaire qui rembourse au mieux la discipline de médecine alternative que vous avez choisie, ne perdez plus une seconde et demandez un devis.

  • FAQ